Communauté de Communes des Vallées d'Aigueblanche
40 chemin des loisirs, Bellecombe, 73260 Aigueblanche, Tel: 04.79.24.20.04 , secretariat@ccva-savoie.com
Bienvenue sur le site officiel de la Communauté de Communes des Vallées d’Aigueblanche, établissement public de coopération intercommunale fédérant les 7 communes du Bassin d’Aigueblanche.

 Un Budget  2017 CONTRAINT

 

Cette année, le vote du budget s’est déroulé, une fois de plus, dans un contexte contraint avec d’une part la volonté des élus de maintenir leurs engagements, leur dynamique de développement, leur volonté d’animation du territoire et d’autre part, une hausse des contribultions de la collectivité à l’Etat [voir encadré ci-dessous] qui impactent grandement les investissements.

Avec le transfert de la Piscine du Morel au 1er janvier 2017, la CCVA gère aujourd’hui 6 budgets : son budget principal et ceux de l’eau, de l’assainissement, des déchets, de la piscine du Morel et de La Léchère les Bains.

 La hausse des contributions redevables à l’État

Avec de fortes contraintes budgétaires et normatives imposées par l’Etat, l’élaboration des budgets s’avère de plus en plus complexe.

Depuis la mise en place du FPIC par la loi de Finances de 2012 et son augmentation progressive pour les territoires contributeurs (comme la CCVA), l’Etat, par le biais des gouvernements successifs, n’a cessé de faire preuve d’imagination en matière de prélèvement de toute sorte.

A travers le FPIC et le CRFP ce sont plus de 1,2 millions d’euros de contributions que la CCVA devra reverser à l’État en 2017 ; en d’autres termes, ce sont plus de 1,2 millions d’euros qui ne pourront pas être investi localement…

Un vent de contestation souffle sur la vallée d’Aigueblanche en particulier et sur la Tarentaise en général. Une action concertée est au programme. La Communauté de Communes a décidé de ne pas mandater les contributions au FPIC de manière à alerter l’Etat sur les difficultés rencontrées par les collectivités rurales de montagne pénalisées par ces reversements alors que le besoin d'investissement reste conséquent, voire vital.

CONTRIB


FPIC : Le Fonds national de péréquation des ressources intercommunales et communale consiste à prélever une partie des ressources de certaines intercommunalités et communes pour la reverser à des intercommunalités et communes moins favorisées.

CRFP : La contribution au redressement des finances publiques oblige les collectivités à participer au redressement des finances publiques

 

Malgré tout, les élus de la CCVA ont souhaité maintenir les taux de fiscalité au même niveau que 2016 tout en continuant à soutenir les actions fortes de développement économique du territoire.

En 2017, tous budgets confondus, + de 9 M d’euros ont été provisionnés.

Les investissements 2017 seront axés sur des opérations d’aménagement, d’équipement, de soutien, de protection environnementale, de la transition énergétique et de mise en conformité.

Parmi les plus importants on peut citer :

— Poursuite du « PLAN VTT » sur Valmorel et Doucy

— Réhabilitation des salles de séminaires de Valmorel

— Aménagement d’un cabinet médical à La Léchère

—  Rénovation des chambres de l’Hôtel RADIANA

— Amélioration des logements saisonniers du Bercail à Valmorel

— Soutien à l’agriculture

— Mise en œuvre de l’ADAP (agenda d’accessibilité programmé)

— Équipement du sentier des passerelles de l’Eau Rousse

— Poursuite des travaux de réhabilitation de la piscine du Morel

— Lancement du programme de protection des berges de l’Isère

— Optimisation des ressources en eau potable

— Restructuration de l’éclairage public 

— Poursuite du maillage CSE (conteneurs semi-enterrés)

— Sécurisation des bennes de la déchetterie

 

LE MOT DU VICE PRÉSIDENT DÉLÉGUÉ AUX FINANCES

« Les budgets deviennent, au fil des ans de plus en plus compliqués à établir. En cause, les différents prélèvements effectués par l’Etat sur les collectivités : fond de péréquation communal et intercommunal (On prélève les collectivités soi-disant « riches » pour donner aux pauvres !…), baisse de dotations de l’Etat. Le budget 2017 a perdu plus d’1,2 millions d’euros par rapport à celui de 2013. Ces contraintes nouvelles obligent à revoir à la baisse les investissements et contraignent la collectivité à effectuer des choix dans les travaux à entreprendre. Toutefois, la CCVA possède malgré tout une marge de manœuvre avec un endettement très faible – aux alentours de 8% - ce qui permet le recours à l’emprunt afin de poursuivre le rôle important qui est le sien, le développement économique ».


GMGabriel MARTINOT

Vice-Président en charge des finances.